Quand l’informatique redevient un service et non une contrainte